Bilan des années précédentes

Les anciens élèves de cette formation ont créé une page Facebook. Toute personne intéressée peut interroger ces anciens élèves pour récolter leurs avis sur le M2PSAV, via le lien

https://www.facebook.com/groups/503174037657143

BILAN DES 4 PREMIERES PROMOTIONS DU M2PSAV
Du point de vue des poursuites en thèse.

Promotion 1, 2013-14, 8 étudiants (3 Camerounais, 2 Ivoiriens, 1 Tchadien, 2 Sénégalais).
2 Etudiants de cette promotion ont soutenu une thèse,
2 autres sont sur le point de terminer leur thèse.

Promotion 2, 2015-16, 4 étudiants (1 Camerounais, 1 Sénégalais, 2 Ivoiriens)
2 étudiants de cette promotion ont soutenu une thèse, un autre travaille dans le secteur de la recherche et devrait soutenir une thèse tôt ou tard.

Promotion 3, 2017-18, 6 étudiants (2 Camerounais, 1 Sénégalais, 1 Togolais, 2 Ivoiriens)
2 étudiants de cette promotion ont soutenu une thèse, un troisième soutiendra début 2022.

Promotion 4, 2019-20, 7 étudiants (4 Camerounais, 1 Tchadien, 1 Burkinabé, 1 Ivoirien). La fin de la scolarité de cette promotion (stage) a été fortement perturbée et retardée. 2 étudiant ont abandonné le Master sans avoir soutenu leur mémoire de stage. Sur les 5 étudiants ayant été au bout de leur Master, 3 sont en thèse, et une demande de financement de thèse a été déposée pour un 4ème étudiant.

Thèses soutenues ou proches d’être soutenues par des étudiants des promotions 1, 2 et 3 :
4 Camerounais, 3 Sénégalais, 2 Ivoiriens, soit 9 sur 3 promotions, qui comprenaient au total 18 étudiants, donc 1 étudiant sur 2.

INTERVIEWS D’ANCIENS ÉTUDIANTS DU M2PSAV

INTERVIEW de Ténan Yeo (Ivoirien), étudiant de la seconde promotion

Ténan Yeo, tu as fait partie de la seconde promotion du M2PSAV, en 2015-16. Tu as ensuite préparé une thèse en cotutelle entre l’UFHB d’Abidjan et AMU à Marseille. Et maintenant tu es Assistant à l’UFHB, fraîchement recruté. Tu es donc le premier diplômé du M2PSAV qui a soutenu une thèse, puis a pris un poste d’enseignant-chercheur dans ton pays, la Côte d’Ivoire.

1. Comment as-tu vécu l’année de formation du M2PSAV ? Comment qualifierais-tu la qualité de cette formation ? Dirais-tu que le recrutement international est un plus ? Comment était l’ambiance dans ta promotion ?

Cette formation était riche en enseignements, avec des enseignants disponibles pour les étudants. Les différents travaux de groupes permettaient à tout un chacun d’apprendre des autres. Je puis dire que cette formation a vraiment été un plus !

2. Quel a été ton sujet de thèse ? Comment se sont passées tes trois années de thèse ? As-tu le sentiment d’avoir eu une réelle formation à la recherche ? Et au métier d’enseignant ?

Ma thèse de doctorat a porté sur les modèles stochastiques d’épidémies en espace discret et continu. Ces trois années de thèse m’ont permis de bénéficier d’une bonne formation  à la recherche. J’ai eu l’occasion d’avoir des échanges avec de nombreux chercheurs en France grâce aux participation aux   séminaires et conférences. Les deux années d’enseignement à l’université d’Aix-Marseille, puis à l’unversité de La Réunion m’ont également permis d’avoir de l’expérience dans ce metier; cela m’a permis d’être vite à l’aise dans ce metier en ce début de carrière.

3. Tu as pris récemment tes fonctions d’Assistant à l’UFHB. Comment ce début de carrière se passe-t-il ? Les étudiants des promotions futures du M2PSAV peuvent-ils compter sur toi pour leur faire cours ?

Ce début se passe plutôt bien. J’étais le bienvenu  car le besoin d’enseignants de Mathématiques dans les universités ivoiriennes existe toujours. En plus, l’ambiance est bonne avec mes collègues qui ont été mes enseignants pour la plupart  d’entre eux. Issu de cette formation, je suis disposé à  faire des cours aux étudiants du M2PSAV, surtout que cette formation est abritée par  l’université où j’exerce.

INTERVIEW de Gorgui Gackou (Sénégalais), étudiant de la 3è promotion

Gorgui Gackou, tu as fait partie de la troisième promotion du M2PSAV, en 2017-19. Tu as ensuite préparé une thèse en cotutelle entre l’université de Ziguinchor et l’université Clermont-Auvergne, thèse que tu viens de soutenir.
 

  1. Comment as-tu vécu l’année de formation du M2PSAV ? Comment qualifierais-tu la qualité de cette formation ? Dirais-tu que le recrutement international est un plus ? Comment était l’ambiance dans ta promotion ?
     
    L’année de  formation du M2PSAV était vraiment formidable. Elle était une année de découverte  du point de vue social car c’était la première fois que je vivais hors de mon pays, donc il me fallait s’adapter à toutes les situations pour m’en sortir.  Ce qui était le cas avec mes camarades et aussi avec nos voisins au sein de la résidence universitaire. J’ai dû apprendre à travailler en équipe  et de manière autonome, donc à développer de nouvelles expériences professionnelles.
    La qualité de la formation était très bonne  dans l’ensemble avec un  riche catalogue de modules. Ces cours constituaient le background nécessaire  pour effectuer  de la recherche  en  Probabilité et  Statistique. J’en profite aussi pour remercier l’équipe du M2PSAV  de nous avoir bien imprégné dans le domaine. Mais  je déplore  le manque d’une salle réservée  seulement à nous pour  mieux réviser et travailler en dehors des cours, car parfois on n’arrivait pas à travailler dans la résidence universitaire. 
    Mis à part cela, tout était parfait dans l’ensemble.
    Il serait bien aussi  d’ajouter  des modules qui vont permettre d’embrasser le monde professionnelle après juste  le Master  pour ceux qui ne souhaiteraient pas effectuer la recherche. 
    Par exemple des modules appliquées à la Finance, à la Biologie; data science; Intelligence  Artificielle etc…..
     
    En effet oui,  ce recrutement était un plus pour moi, car il m’ a permis d’atteindre mon objectif  dans mes études ( effectuer une thèse) et de devenir chercheur grâce à la  bonne formation du  M2PSAV et aussi de faire la connaissance de pas mal de chercheurs en mathématiques et de nouer de nouvelles collaborations.
     
    L’ambiance était vraiment magnifique avec nos talentueux professeurs mais  aussi avec mes camarades  lors de nos sorties  et aussi dans la résidence. C’était une seconde famille. 
     
  2. Quel a été ton sujet de thèse ? Comment se sont passées tes trois années de thèse ? As-tu le sentiment d’avoir eu une réelle formation à la recherche ? Et au métier d’enseignant ?
     
    Mon sujet de thèse était : « Limites en grande population du modèle de Moran et Chaines de Markov bifurquantes « .
    Ma thèse   était constituée de deux thèmes :
    thème 1: Approximation du processus de Moran en temps discret par une diffusion de  Wright-Fisher avec sélection et immigration. 
    Mots clés: modèle  de Moran , modèle de Wright-Fisher, Inégalités de transport, chaines de Markov en temps discret et continu, mvt brownien, équations différentielles stochastiques; processus markoviens et martingales.
    thème 2: Chaines de Markov bifurquantes:
    mots clés: Principe des grandes déviations, principe des déviations modérées, théorèmes limites, ergodicité ; processus autorégressif; processus de branchement; inégalités de déviations; Calcul stochastique et  statistique paramétrique;
     
    Après le Master, j’ai passé trois années de dur labeur en travaillant sur ma thèse  avec deux laboratoires de mathématiques différents entre l’université Assane Seck de Ziguinchor et l’université Clermont Auvergne. 
    J’ai eu la chance d’avoir un double  financement  avec l’ambassade de France et le gouvernement du Sénégal, ce qui m’ a permis d’effectuer ma thèse sans beaucoup de problèmes.
    J’ai beaucoup aimé mes séjours  en France au sein du laboratoire de Mathématique Blaise Pascal avec une bonne équipe professionnelle; mais surtout l’encadrement que j’ai eu de  mes directeurs de thèse  Arnaud Guillin et Alassane Diédhiou , car   j’ai beaucoup appris avec eux sur tous les plans (recherche et professionnel).  Bref c’était une réelle formation à la recherche et au  métier d’enseignant.
     
  3. Que vas-tu faire maintenant ? Quel est ton projet professionnel ?
     
    Actuellement, je travaille sur deux projets de recherche avec un collègue du laboratoire  de mathématiques Blaise Pascal  Hacène Djellout   sur des processus  stochastiques appliquées à la finance et  avec un autre collègue  Valère Bitseki Penda qui est à l’Institut Mathématique de Bourgogne sur des processus  stochastiques motivés par la division cellulaire chez les bactéries.
     Je souhaite effectuer de la recherche dans un laboratoire ou dans une entreprise ou bien mener le métier d’enseignant-chercheur dans une université.
    Je suis aussi à la recherche d’un post-doc ou d’un poste d’enseignant-chercheur  pour  bien mener le travail dont j’ai toujours rêvé. 
    Comme sujet de recherche, je bosse sur la  dynamique de populations avec stochasticité  ( continuité des thèmes  de recherche de ma thèse ).
    Mon intention est de m’établir au Sénégal, ou à défaut ailleurs en Afrique.
master 2 PSAV site map